Accueil » Le lapin

Le lapin

Le lapin des Hauts-de-France CQC (Critères Qualité Certifiés) est reconnu pour ses vertus nutritionnelles et gustatives. Excellente note à grandes quenottes.  

Le lapin des Hauts-de-France

Les clichés ont la vie dure. Surtout quand il s’agit de Bugs Bunny. Oui, le lapin des Hauts-de-France croque volontiers dans une carotte de Tilques. Mais il en ferait autant avec un chou de Saint-Omer. Autant mais pas tout un plat. Car le léporidé est doté d’un odorat surdéveloppé. De l’avis des 45 éleveurs régionaux et de l’AILHF(1), il préfère de loin un bol rempli de granulés de luzerne, de soja, de pulpe de betterave et d’avoine. C’est d’ailleurs grâce à ce régime sain garanti sans antibiotique qu’il passe en 10-11 semaines d’une boule de poil d’à peine 50 grammes à un beau gaillard de 2,4 kilos.

Quoi de neuf docteur ?

Tout comme la volaille de Licques, le lapin des Hauts-de-France (CQC) est une viande blanche zéro défaut sacrément pourvue en oligo-éléments tels que le zinc, le magnésium, le potassium ou encore le sélénium. Si un jour votre amour du poulet bat de l’aile, écoutez votre diététicien : passez au lapin. C’est de loin le meilleur plan B. Avec une majuscule comme dans vitamines B3, B5, B6 et B12, présentes en très grande quantité. Manger du lapin des Hauts-de-France est une bénédiction : ça répare les tissus, aide à la formation de globules rouges et à la production d’hormones. Bref, le lapin est une boule d’énergie conseillée aux sportifs et aux enfants qui, eux aussi, bondissent dans tous les sens.

En cuisine

Dans notre région, le lapin des Hauts-de-France est l’une des quatre viandes(2) indispensables à la réalisation d’un authentique Potjevleesch. L’avantage du lapin, c’est qu’il se prépare aussi bien en papillote, en brochette, en beignet qu’en ragoût. Bref, il se cuisine à toutes les sauces, surtout celles à base de bière brune (« à la flamande ») ou de cidre.

(1)  Association Interprofessionnelle des Lapins des Hauts-de-France

(2)Avec le poulet, le porc et le veau

Chez le lapin des Hauts-de-France, la gestation dure 6 semaines. Les 18 premiers jours, les lapereaux restent auprès de leur mère sur une litière de copeaux de bois. Le sevrage arrive au terme de 34 jours et la phase d’engraissement prend fin entre le 70ème et le 77ème jour.

Le lapin du nord

le lapin un spécialité des Hauts-de-France

D’autres pépites à découvrir

Découvrir d’autres produits du terroir

Trouvez le point de vente le plus proche de chez vous

Je trouve ma boutique

Trouvez les produits près de chez vous avec